-------------------------------- Pensez à regarder la rubrique "Agendas" --------------------------------

vendredi 8 novembre 2019

Discussion entre deux anciens champions de France

A votre gauche Alain Biaux Champion de France par correspondance en 1976 et à votre droite Michel Benoit Champion de France en 1973.



mardi 27 août 2019

Chess 960 quèsako ?

La variante du jeu, imaginée par le Champion du Monde, Bobby Fischer, a fait son entrée dans les règles officielles, depuis juillet 2009.
L’idée de base est simple : on tire au sort la position de départ.
Le but recherché par Fischer était double :
  • Lutter contre les parties arrangées
  • Favoriser le talent plutôt que la mémoire
Ne connaissant pas la position initiale, il est impossible de se mettre d’accord pour rejouer une partie de Grand-Maître, et faire nulle (ou pire perdre sciemment !) sans éveiller les soupçons avec une partie bâclée.
Avec 960 positions initiales possibles (le nom vient de là) Chess 960 rend les préparations quasiment impossibles. Imaginez la théorie actuelle multipliée par 960 !
Cette variante est aussi connue sous les noms de « Fischer Random Chess», « échecs aléatoires», « FullChess »
position.png

Comment tirer au sort la position de départ ?

Quelques contraintes sont nécessaires afin d’avoir une position jouable :
  • Les pions sont placés sur la 2e rangée.
  • Les Fous sont placés sur des cases de couleurs opposées.
  • Le Roi est placé entre les deux Tours
  • Les pièces noires et blanches sont placées à l’identique, face à face.
En pratique : (tirage au sort avec des bouts de papier, dés, cartes, pièces de monnaies, etc.)
  • On commence par tirer au sort la place des Fous. Le 1er au hasard sur l’une des 8 cases, et l’autre sur l’une des 4 cases de la couleur opposée.
  • On tire ensuite la place du Roi. Comme il faudra une Tour à la droite du Roi, et une Tour à sa gauche : on exclut du tirage de la place du Roi les deux cases libres les plus proches de la bande.
  • On tire au sort la place de la 1re Tour, puis de la 2e Tour de l’autre côté du Roi.
  • Sur l’une des 3 cases inoccupées, on place la Dame
  • Il reste deux cases pour les Cavaliers.

Comment roquer ?

Les règles classiques s’appliquent.
Après le roque : la position d’arrivée du Roi et des Tours est exactement la même qu’aux échecs standards.
Si vous roquez vers la colonne “a”, vous aurez la position du grand roque (Rc1 et Td1 pour les Blancs, Rc8 et Td8 pour les Noirs).
Si vous roquez vers la colonne “h”, vous aurez la position du O-O (Rg1 et Tf1, ou Rg8 et Tf8), quelle que soit la position initiale.
Avant le roque 
roque1.png
Après le roque
roque2.png
Voilà, vous êtes prêt à jouer.
Conseil : avant de lancer la pendule, prenez un temps de réflexion , afin de vous imprégner de la position exotique qui se présente à vous pour la première fois


lundi 26 août 2019

Quelques mots sur le championnat de France 2019 à Chartres

Notre club, l'Échiquier bordelais était représenté par Thibault DRUON et Sacha ROLLAND-PIEGUE (dans l'Open D), Karim ETMAN (dans l'Open E) et Michel DUVETTE (dans l'Open Senior plus et vétérans). Nous espérons être plus nombreux à participer l'année prochaine : un clin d'œil particulier aux parents accompagnateurs qui devraient se lancer...

Il y avait bien sûr aussi d'anciens joueurs bien connus du club : Timothée jouait l'Accession dont les 2 premiers se qualifient pour le tournoi National l'année suivante et Mathieu Cornette jouait le National dans lequel il avait déjà obtenu le titre de champion de France.

Tous les quatre, nous avons réalisé de bons parcours, mais, bien sûr, tous en dessous de nos espérances car un joueur d'échecs vient pour gagner !

Mentions spéciales toutefois pour Thibault (7 sur 9) et Sacha (5,5 sur 9) !
Dans l'Open D, Sacha (en feu !) a enchaîné 5 victoires durant les 5 premières rondes et nous le voyions donc déjà jouer la gagne ou au moins le podium ! Pour cela il aurait sans doute dû savoir un peu mieux gérer les parties suivantes avec peut être des opportunités de nulles dans un contexte de grande pression et dans une petite salle surchauffée pour les meilleurs échiquiers (alors que les conditions de jeu étaient excellentes dans la très grande salle).

Thibault, qui n'est encore que poussin, après 2 défaites, a, lui enchaîné 7 victoires d'affilée, ce qui est une superbe performance et ce qui lui a permis d'approcher du podium avec une belle 6ème place sur les 177 concurrents de l'open D.

Le niveau général monte et il est à noter que c'est un poussin qui a gagné cet Open pourtant bien relevé. On voit de plus en plus de très jeunes mais aussi des seniors venir accompagnés de leurs coachs mais, si cette tendance se poursuit, espérons que cela ne découragera pas les simples amateurs passionnés de participer à de tels événements.

Il y avait des nouveautés très intéressantes cette année : en matinée, nous ont été proposés les championnats de France blitz, rapide, et Chess 960 (j'ai testé pour vous la dame en fianchetto) : de quoi régaler les gourmands !

Nous avons eu la chance d'avoir une Master class donnée par Anatoli Karpov et une simultanée en ville lors de « La nuit des échecs » où Sacha a affronté le GMI Namig Guliyev et moi le 12ème champion du monde en personne !

Mais un championnat de France, c'est aussi des rencontres nombreuses et un tout petit peu de tourisme : chacun s'organise comme il le souhaite puisque les tournois du matin sont là pour les plus motivés et que les parties longues commencent traditionnellement à 15 h. A l'hôtel ou sur place, on rencontre des joueurs de tous horizons, on analyse nos parties, on se raconte nos parcours.

Nous sommes repartis avec de belles images en tête : la magnifique cathédrale, les tout- petits qui tiennent tête aux grands, les blitz endiablés sur écran pour départager les champions... et les plus anciens, toujours là ! Le dernier jour à 10 heures alors que nous arrivions de l'hôtel en voiture nous avons vu la silhouette reconnaissable de Roger Ferry (86 ans) traversant tranquillement de son train de sénateur la double voie pour franchir encore un ou deux talus et accéder à la salle pour finir son 60ème championnat de France d'affilée !

Karim ETMAN

mercredi 24 juillet 2019

FINALE DE LA COUPE LOUBATIERE 2019 - ST QUENTIN

Pour la deuxième année consécutive nos jeunes se sont qualifiés en finale. Après plusieurs péripéties avec les retards de train, nous sommes arrivés hier soir à 22h.
L'équipe est donc composée de :
Emir Belgouzia (1715 F)
Gabor Piroth (1574 F)
Druon Thibault (1388 F)
Raphael Pousset (1384 F)
Accompagnateurs : Kévin Uliczny
Jean-François Druon
On regrette l'absence de Mathias Anseaume qui faute du brevet décalé n'a pas pu venir. Raphael l'a donc remplacé au pied levé.


Ronde 1 : Echiquier Bordelais (1515) - Decines (1646) 3-0
Excellent début de tournoi pour les jeunes qui "perfent" direct avec de belles parties.
Ronde 2 : Echiquier Bordelais (1515) - La Choisille (1617) 1-3
Ronde plus difficile, la chaleur monte dans la salle et des zeitnots tendus ... Esperont que l'équipe finisse avec la journée sur une bonne note avec la 3ème ronde.
Ronde 3 : Toulouse (1675) - Echiquier Bordelais (1515) 3-1
Même score mais cette fois on passe pas loin de nulle.
Ronde 4 : Vannes (1715) - Echiquier Bordelais (1515) 3-1
Sans surprise pas d'exploits contre cette grosse équipe, seul Emir réussi à venir à bout de son adversaire.
Ronde 5 : Echiquier Bordelais (1515) - Senlis (1630) 2-1
L'objectif est atteint, les jeunes réussissent à gagner leur dernier match avec les victoire de Thibault et Gabor, Emir arrive peu de temps après en assurant la nulle.
Pour faire un petit bilan, les jeunes ont assuré avec 2 victoires en ayant affrontés que des équipes "plus fortes" qu'eux.
Une belle expérience et beaucoup de sourires






lundi 22 juillet 2019

Bravo Jean-Pierre

Article publié dans Europe-Echecs de juin 2019






BRONZE EN GRECE

L'île de Rhodes, dernier bastion grec sous la Turquie, a accueilli le championnat du monde vétérans par équipe. A la 1ère ronde, notre équipe de France décide de réserver Anatoly pour des matchs futurs mais, fatigués du voyage, Jean-Luc Seret perd au 1er échiquier et nous gaspillons nos avantages sur les autres. Au 2ème jour sur-appariés contre Israêl, Anatoly gagne mais Mershad Sharif et Nicolas Giffard perdent et je ne peux garder le pion gagné... Nos ambitions s'envolent et le capitaine Antoine Canonne nous laisse nous rassurer contre des équipes plus tendres pour nous remotiver progressivement.


L'heure de vérité arrive contre la Russie, qui domine cette compétition. Anatoly annule sagement contre Svesnikov, Jean-Luc perd le fil contre Balashov et Mershad annule contre Rashkovski ; le match se joue alors dans mon zeitnot réciproque contre Zhelnin où mon initiative paie : 2 à 2. La dernière ronde nous jouons l'Allemagne et devons gagner pour le podium. Anatoly et Knaak se neutralisent, tout comme Mershad et Vogt. Tandis que Nicolas pilonne le roi adverse, je contiens les velléités de mon opposant et nous obtenons la médaille de bronze, l'Angleterre nous devançant au départage
Grace à sa technique intacte Anatoly, avec 7 sur 8, n’a pas eu de rival au 1er échiquier. Mershad, toujours solide obtient l'argent du 3ème et moi, le "benjamin", l'or de l'échiquier réserve en réalisant 6,5 sur 8 au 4ème échiquier. Avec le souvenir du bleu fabuleux de la mer Egée…



Le 06 mai 2019,
Jean-Pierre.